176ART

Un palindrome (du grec palin, «à nouveau» et dromos, «course») est un texte dont la succession des lettres est la même quand on la parcourt de gauche à droite ou de droite à gauche. Un palindrome peut se composer d’un seul mot, comme “ressasser » ; ce peut être une courte phrase, comme «engage le jeu que je le gagne» ; ou un texte plus long.
On peut distinguer les palindromes possédant un nombre pair de lettres, dans lesquels l’axe de symétrie passe entre deux exemplaires de la même lettre (élu par cette crapule), des palindromes à nombre impair de lettres, dont une lettre occupe le centre (Ésope reste ici et se repose).
Ces deux derniers exemples montrent que les auteurs de palindromes ne tiennent habituellement pas compte des signes diacritiques (accents, trémas, cédilles), bien que rien n’interdise de définir les palindromes d’une façon plus stricte.
Un palindrome ordinaire est un «palindrome de lettres», en ce sens que c’est la suite de ses lettres qui est symétrique.
Palindrome miroir : palindrome fonctionnant visuellement…
numeric artist.

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. Un palindrome est un mot qui, lu à l’envers, ne change pas comme radar ou kayak.

    Le même terme peut être attribué à un groupe de mots présentant cette propriété :
    Ésope reste ici et se repose.
    Leigh Mercer en 1948 a trouvé un palindrome qui restera célèbre :
    A man, a plan, a canal : Panama.

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :