!C!

action aléatoire attaquer attentats aveugle bombes cible civile clandestin complot global guid immédiats maintenant menace omniprésence opération plan planification pouvoir protection stratégie surveillance système terrorisme ubiquité ville violence webcam

 

action attack attempts blind bombs city civil ephemeral global guid illegal immediate landscape now omnipresence operation plan planning plot power protection random strategy surveillance system target terrorism threat ubiquity violence webcam

 

!C! met en scène des images de web cam récupérées sur le net dans une visualisation globale (le multi-fenêtrage comme écran de contrôle, soit une façon de surveiller le monde)

Le procédé capture la dernière image que la web cam a prise. Certaines sont arrêtées ou absentes depuis longtemps, le temps a donc une durée ou une temporalité relative par rapport au moment de sa visualisation.

Si la photo parle du passé (le « ça a été » de Roland Barthes), la web cam laisse penser que l’action se passe à l’instant présent.
Dans la photographie traditionnelle, on sait que l’on regarde du « passé » ; ici, la web cam permet une « réactualisation » de ce passé.

Dans !C!, le dispositif nous plonge dans des instantanés (d’erreurs, de liens morts…) mais surtout dans des captures/captations (sans savoir jamais ce qu’on capture), instantanés du flux.

Le projet joue sur l’idée d’illégalité du détournement, du « vol » d »images et par extension du brouillage de l’information et de l’impossibilité de l’organiser. La captation est éphémère : dès que l’on rafraîchit la capture, on « perd » le passé capturé.

Temps et lieux sont très liés : on ramène le temps au lieu par les fuseaux horaires,
!C! implique un lieu (sous-entendu « maintenant ») mais c’est peut-être ici, ou là, mais pas forcément maintenant ; ce n’est pas un instantané, plutôt un léger différé, instable, éphémère.

http://www.incident.net/works/ici/

← Previous post

Next post →

1 Comment

  1. Leonardo/Olats & Annick Bureaud, « In situ »
    
!C! de Reynald Drouhin utilise également des webcams mais joue sur l’attirance morbide qu’elles peuvent susciter : un jour, à un moment, peut-être, en regardant l’image d’une webcam serons-nous le témoin d’un événement exceptionnel et terrible. Warning ! Something happend ! – Warning ! Something will happen ! – Warning ! Something happen ! nous met-on en garde. Mais qu’est-il arrivé ou que va t-il arriver ou qu’arrive t-il ? Et dans combien de temps ? Que compte le compte-à-rebours ? Et selon quelle logique temporelle ? Rien. Rien d’autre que notre attente de l’explosion.

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :