2004, site web, installation générative.
http://www.reynalddrouhin.net/works/betagirl/

Montrant une jeune femme étendue dans son lit, une série de séquences vidéo, prise par une webcam, défile à l’écran avec des sous-titres constitués de mots tirés du Dictionnaire du Libertinage de P. Latendresse. La bande sonore, générée aussi aléatoirement que les vidéos et les sous-titres, se composent d’extraits audio de deux films d’époque et de nationalités différentes: : Sissi – Die junge Kaiserin de Ernst Marischka (1956) et Body Double de Brian De Palma (1985). Les thèmes de la perversité et du voyeurisme permettent de rassembler l’ensemble de ces éléments formels au sein de l’oeuvre. (A.P.)

betagirl1

« Ceci est l’entrée de mon terrier. J’espère que vous allez rester un peu ici dans mon pays des merveilles car je m’intéresse beaucoup aux visiteurs. Très souvent je me sens seule dans mon corps de chat. C’est donc agréable de savoir que quelqu’un regarde ; ici, je suis sans défense, sans garde, juste moi. Entre tous ces espaces que je touche, je suis là maintenant. Il y a une infinité de choses à dire mais pour le moment commencons notre journée de transmission. Restez ici et tenez moi compagnie, parce que même si je ne vous vois pas, je peux vous sentir. » BetaGirl

Ce projet consiste en une lecture en « random » du dvd, celui-ci est composé de 99 pistes vidéos de 20″ lues aléatoirement, sur chaque piste vidéo est attribuée aléatoirement une des 2 pistes audios. Son stéréo.

B. O. extrait de Sissi Impératice de Ernst Marischka (1956) et Body Double de Brian De Palma (1985).

« This is the rabbit hole into my world. I hope you all do stay a bit here in Wonderland, for I’m quite interested in visitors. I often get lonely all by my Cheshire Cat self. It’s just sort of nice to know that someone is looking; here I’m defenseless, no guards, just me. In between all the spaces I touch I’m here now. There’s an infinite amount of babble to be spouted but for now let’s begin our broadcasting day. Stay here with me and keep me company because even if I don’t see you there, I can feel you. » BetaGirl