Monochrome(s) est un instantané du web, une capture d’un processus sous forme de photographie mais aussi un projet Internet génératif, par l’intermédiaire du moteur de recherche Google, une base de donnée d’image est constituée, ces images sont censées se rapprocher le plus possible du monochrome (aplat de couleur). Mais ceci n’est qu’une tentative et l’échec qui en découle nous laisse découvrir des peintures génératives et aléatoires en mouvement perpétuel.
http://www.reynalddrouhin.net/works/monochromes/

Monochrome(s) is a web snapshot, a process that has been captured has a photography but also as an generative interactive project. An image database is created through the agency of Google’s search engine, those images are supposed to come close to the monochrome (solid color backgrounds). But this is only an attempt and the failure that comes from it let us discover generative and random paintings in perpetual movements.

monochromes-blanc
Monochrome(s) B., 2006, tirage lambda sur diasec avec chassis aluminium, 84,67 x 84,67 cm.

monochromes-blanc-detail

(détail)

monochromes-noir
Monochrome(s) N., 2006, tirage lambda sur diasec avec chassis aluminium, 84,67 x 84,67 cm.

monochromes-noir-detail

(détail)

monochromes-rouge
Monochrome(s) R., 2006, tirage lambda sur diasec avec chassis aluminium, 84,67 x 84,67 cm.

monochromes-rouge-detail

(détail)

monochromes-vert
Monochrome(s) V., 2006, tirage lambda sur diasec avec chassis aluminium, 84,67 x 84,67 cm.

monochromes-vert-detail

(détail)

monochromes-bleu
Monochrome(s) B., 2006, tirage lambda sur diasec avec chassis aluminium, 84,67 x 84,67 cm.

monochromes-bleu-detail

(détail)

 » Créer un monochrome avec un programme informatique, c’est placer l’artiste face à un paradoxe fondamental et à une difficulté majeure imposée par le hasard. Il s’agit de l’autonomie du logiciel et de sa « capacité » d’échec au regard de sa fonction initiale, car le logiciel n’est pas créé pour produire des aplats de couleur. Or, le monochrome numérique tel qu’il est envisagé par Drouhin, rencontre des incidents […].
Là est toute la profondeur et l’inventivité de cette pratique. C’est par l’incident que le monochrome, dans son sens le plus traditionnel, apparaît.  »
Extrait du texte de Carole Rinaldi sur l’exposition «Sans titre» 2006.

monochrome-rvb-install3

Monochrome(s) R V B, 2005, installation multimédia générative, sans son.


Captures des versions génératives